jeudi 12 mars 2015

Louane Emera (La famille Bélier) : « Ce n’est pas tous les jours qu’on a cette opportunité quand on est une gamine du Nord ! »

La star de La famille Bélier ne se contente pas de cartonner sur grand écran puisque son album « Chambre 12 » est au sommet des charts. L’occasion était trop belle pour te livrer les confidences de Louane Emera, la révélation de l’année…


Comment es-tu arrivée sur le film La famille Bélier ?
Avant de rencontrer Éric Lartigau, je ne m’étais jamais imaginée comédienne. Je viens de la musique, je suis chanteuse avant tout, et je n’avais jamais vraiment pensé à l’éventualité de jouer la comédie. Éric m’a repérée dans l’émission The Voice, à laquelle j’ai participé. Il a contacté mon agent et nous nous sommes rencontrés. Les choses se sont ensuite faites très simplement, j’ai passé une audition seule puis avec d’autres comédiens, j’avais préparé quelques scènes pour l’occasion. J’étais très stressée car c’était quelque chose de complètement fou pour moi, passer une audition pour un film à seulement 16 ans ! Ce n’est pas tous les jours qu’on a cette opportunité quand on est une gamine du Nord ! Mais le courant est tout de suite passé avec Éric et je me suis rapidement prise au jeu. J’ai reçu le scénario du film un peu plus tard et je l’ai tout de suite trouvé formidable.

Qu’est-ce qui t’a plu dans cette expérience ?
C’était avant tout une chance incroyable. C’était également un gros challenge car je n’avais jamais pris de cours de comédie, j’ai fait un an de théâtre au collège sans même jouer le spectacle de fin d’année ! Ça a été beaucoup de travail pour moi mais également un bel apprentissage. L’ambiance d’un tournage est très enrichissante. Et puis j’ai adoré apprendre la langue des signes. Je suis une littéraire, à la base, et ce qui me plaît le plus au lycée ce sont les langues étrangères, ce n’est donc pas étonnant ! Malgré tout avec la langue des signes c’était très différent, c’est une langue peu pratiquée puisqu’elle n’est utilisée que par les sourds et malentendants, mais c’est une langue magnifique qui véhicule beaucoup d’émotions. Elle m’a permis d’entrer en contact avec des gens formidables, je pense notamment à mon professeur de LSF, Alexeï, et à Jennifer, la traductrice. Ils m’ont appris énormément de choses.

Qu’est-ce qui t’a séduite dans le scénario de La famille Bélier et dans le personnage de Paula ?
L’histoire de la famille Bélier est une histoire exceptionnelle. C’est une famille très unie et aimante, qui travaille beaucoup et qui a des valeurs simples. Les membres de cette famille ont également un grand besoin les uns des autres. Mais Paula joue un rôle particulier chez les Bélier, celui de traductrice et de lien vers l’extérieur, puisqu’elle est la seule entendante de la famille. Je me suis rendue compte que le personnage de Paula me ressemblait beaucoup sur certains points.
C’est une jeune fille sérieuse, pour qui la famille compte énormément, et qui, comme la plupart des adolescents, a un rêve. Elle a un côté rebelle, comme tous les ados, et comme moi d’ailleurs ! Mais le sien est plus délicat. Pour ses proches, son choix est vécu comme une trahison, un abandon. Le seul fait d’être entendante dans une famille de sourds est une différence très forte, c’est comme une petite trahison. Ses parents et son frère ont dû surmonter cela, mais ils ont du mal à accepter qu’elle veuille et puisse vivre sa propre vie, une vie différente de la leur. Elle est plus mature que moi parce qu’elle doit gérer des problématiques d’adulte, mais c’est aussi une fille qui se bat pour ses rêves, qui est très proche de sa famille, qui court partout, et je suis un peu comme ça. Elle est très volontaire et déterminée à mener ses projets à bien pour réussir sa vie, mais en même temps elle a un peu peur de ce que lui réserve l’avenir. Ce n’est pas tant qu’elle n’a pas confiance en elle, mais elle n’est pas consciente qu’elle a un vrai don pour la chanson. Et puis, elle se sent tiraillée  car elle se sent responsable de sa famille et ne veut pas l’abandonner, tout en voulant au fond d’elle-même vivre ce rêve de chanter. Si Paula Bélier existait, j’aimerais que ce soit ma meilleure pote !

Les chansons de Michel Sardou sont très présentes dans le film, comment s’approprie-ton un tel répertoire ?
Je connaissais déjà le répertoire de Michel Sardou. Je l’ai entendu à la maison. Mon père m’a initiée à la musique en me faisant écouter ces grands artistes de variété. C’était drôle à cette occasion de devoir l’interpréter et de se le réapproprier. D’autant qu’il est partie prenante du personnage de Monsieur Thomasson, qui est un personnage qui me touche beaucoup.

Karin Viard, François Damiens et Luca Gelberg jouent les autres membres de la famille bélier. Comment s’est passé ton travail avec eux ?
Karin et François ont été formidables avec moi, ils m’ont donné beaucoup de conseils. Interpréter un personnage était un exercice difficile pour moi, car c’était une première. J’ai eu plusieurs professeurs qui m’ont aidée, mais quand je me retrouvais sur le plateau sans eux, Karin et François m’ont épaulée. Avec Luca, qui joue le frère de Paula, le courant est très vite passé entre nous : au moment des auditions, on a répété tous les deux, et c’était génial ! Et puis, nous avons été très proches tout le long du tournage. On est réellement comme frère et soeur ! Il m’a appris beaucoup de choses, et on s’est amusés comme des fous. On passait pas mal de temps ensemble le soir à l’hôtel, quand il avait fini ses devoirs.


Le rôle de Paula Bélier était assez complexe à assimiler en termes de jeu ?
Elle est la seule entendante de la famille, ce qui signifie qu’elle parle et qu’elle signe, mais Paula chante également. C’était assez compliqué de gérer les trois, d’apprendre la langue des signes, de parler tout en signant, etc… J’ai fait de mon mieux, avec l’aide d’Alexeï et Jennifer qui étaient présents en permanence sur le tournage, mais certaines scènes étaient vraiment difficiles.

> La famille Bélier en DVD et Blu-ray, le 29 avril

Aucun commentaire:

Publier un commentaire