mercredi 9 mars 2016

Sarah Drew (Grey’s Anatomy): « J’adore la série et j’aimerais rester dans cette famille jusqu’à la fin » (interview)

Ce soir, la diffusion de la saison 11 de Grey’s Anatomy continue sur TF1. À cette occasion, la rédac’ dévoile les confidences de Sarah Drew, l’interprète d’April Kepner…

C’est durant le 55e Festival de Télévision de Monte-Carlo que la rédac’ a rencontré Sarah Drew. L’interprète d’April Kepner s’est confiée sur son personnage et la nouvelle saison de Grey’Anatomy, à retrouver tous les mercredis à 20h50 sur TF1.


Est-ce que le fait de décrocher le rôle d’April a changé ta vie ?
Oh oui ! Carrément ! (rires) Avant cela, j’allais d’un petit rôle à un autre en espérant décrocher un rôle régulier dans une grande série. C’est à ce moment que j’ai eu la chance de jouer dans Grey’s. Au début, j’avais signé pour seulement deux épisodes au bout desquels April se faisait virer. Quand l’épisode a été diffusé, la production m’a rappelé en me disant que j’allais revenir et que j’allais faire partie du casting régulier ! Ça a été une grande explosion de joie pour moi.

Comment expliques-tu le succès de Grey’s Anatomy un peu partout dans le monde ?
C’est quelque chose dont on n’a pas forcément conscience quand on tourne la série à Los Angles. Il y a tellement de célébrités que les gens ne les remarquent même plus, mais ici (à Monaco) c’est différent, il y a des fans de partout et ils sont très démonstratifs. Ce genre de manifestation me fait prendre conscience que j’ai la chance de faire partie d’une série qui est très appréciée.

Es-tu satisfaite de l’évolution de ton personnage au fil des saisons ?
Je trouve que j’ai beaucoup de chance, car avec tout ce qui est arrivé à April, cela m’a donné la possibilité de jouer des émotions différentes, ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir vivre ça et je prends beaucoup de plaisir à incarner ce personnage.

Shonda Rhimes est réputée pour « tuer » les personnages que l’on aime bien. Est-ce que c’est quelque chose que tu redoutes ?
Je mentirais si je répondais « non » (rires). J’adore la série et j’aimerais rester dans cette famille jusqu’à la fin, mais on n’est jamais sûr de rien. Je fais en sorte de garder cela en mémoire à chaque fois que je décroche un rôle, pour ne pas être surprise si cela doit arriver. Cela fait partie du jeu, il faut l’accepter.

Penses-tu qu’April et Jackson vont rester ensemble ?
J’espère et je l’ai fait savoir aux scénaristes, mais rien n’est sûr, à la fin de la saison, on n’a aucune idée de la tournure que les événements vont prendre. Je tiens vraiment à eux, je les adore et j’espère que cela va continuer ainsi.

Derrière la caméra, comment cela se passe-t-il avec Jesse Williams ?
Très bien, c’est quelqu’un de merveilleux et l’on est devenu de très bons amis. Cette saison, avec ce que nos personnages ont dû endurer, on s’est rapproché pour pouvoir affronter les événements ensemble. C’est quelqu’un d’empathique, d’intelligent et de très drôle : il passe son temps à nous faire rire.

Il se passe tellement de choses dans la vie d’April, cette saison. Est-ce cela a été une saison éprouvante à tourner ?
Oui ! J’étais enceinte quand April a appris sa grossesse dans la série. Quand j’ai tourné la scène où mon enfant meurt dans mes bras, dix heures plus tard je me retrouvais aux urgences pour donner prématurément naissance à ma fille, que je n’ai tenue que cinq minutes avant qu’elle soit mise en couveuse durant onze jours. Donc, oui, c’était une saison très intense, très dure à tourner, mais heureusement sa vie n’a jamais été en danger et, en quelque sorte, devoir jouer ce qu’April endurait m’a permis d’affronter plus « facilement » ce que je vivais dans la vraie vie.

Propos recueillis par Arnaud Violot au 55e Festival de Télévision de Monte-Carlo.
Crédits photos © ABC Studios



Aucun commentaire:

Publier un commentaire