dimanche 24 avril 2016

Mathieu Canaby : « Pour moi, la musique c’est du partage ! » (Interview)

À l’occasion de la sortie de son premier single, on a interviewé Mathieu Canaby pour en savoir plus sur « Miss California » et l’album qu’il nous prépare…

Qui t’a donné envie de chanter ?
Ce sont mes parents en me faisant écouter toutes les grandes références musicales comme Stevie Wonder, Ray Charles, Michael Jackson, etc. J’ai été bercé par cette musique.

Peux-tu revenir sur l’expérience Rising Star, où l’on t’a découvert ?
C’est l’équipe de Rising Star qui est venue me chercher. Ils avaient vu les vidéos que j’avais postées sur Youtube et ils m’ont proposé de participer à une émission complètement nouvelle, avec des primes en live. C’est ce dernier aspect du projet qui a retenu mon attention. J’ai foncé rapidement et je n’ai pas hésité.

Aujourd’hui, quel regard as-tu sur cette expérience ?
J’en garde de super bons souvenirs, car l’ambiance était bonne, j’ai aussi fait de belles rencontres et cela m’a donné de grandes ouvertures après l’émission : J’en garde que du bon. C’est après l’émission que j’ai été contacté par Gary Fico, mon producteur actuel. On a très vite travaillé ensemble, car on avait la même vision du projet que l’on voulait mettre en place.

Tu t’es fait remarquer avec de nombreuses reprises dont celle de « Can’t Help It » avec Tal. Comment s’est-elle fait ?
Comme Tal connaissait bien Gary, il m’a très vite mis en relation avec elle et, comme avec Tal on est un peu sur la même longueur d’onde musicale (elle vient du soul, du R’n’B et du gospel), le choix de la chanson de Michael Jackson s’est rapidement imposée. Le courant est bien passé entre nous.

Et puis il y a eu « S.O.S. d’un terrien en détresse » de Daniel Balavoine…
…C’est une chanson que j’aime et que j’ai beaucoup chantée avec mes parents en faisant du piano-bar. Comme on cherchait à faire une reprise en français, avec mon directeur artistique, on s’est dit pourquoi pas un titre de Balavoine. À part Grégory Lemarchal à La Star Ac’, personne ne l’avait vraiment reprise en français.

C’est une chanson qui n’est pas facile à interpréter, ce challenge ne t’a pas fait peur ?
Non, parce que je la connaissais pour l’avoir interprétée de nombreuses fois. En gros, j’ai eu le temps de bien me roder.

Comment s’est fait le choix du single « Miss California » ?
Dès les premiers rendez-vous, Gary m’en a parlé. Même si c’était un titre de la génération des grands frères et des grands cousins, je l’ai écouté malgré moi, donc je le connaissais. Il m’a proposé d’en faire une réadaptation avec des couplets en français en gardant le refrain original. On a maquetté la chanson et, au final, ça nous a plu.

As-tu de l’appréhension quant à l’accueil du public ?
On a tous de l’appréhension, mais avant tout j’étais impatient de partager le single avec le public, car pour moi la musique c’est du partage. J’étais plus impatient de connaître la date de sortie plutôt que de savoir comment il allait être accueilli.

À quand une chanson originale ?
(Rires) Dès que l’album sortira, les 13 ou 14 titres de l’album seront toutes des chansons originales. On a bien bossé dessus, on a affiné le style : l’album est prêt.

Quelle est ton implication dans le processus de création ?
J’écris et je compose. Chez moi, j’ai beaucoup de maquettes, ce sont des idées que j’envoie à mon producteur et à mon équipe. Dès que j’ai une punchline ou des phrases qui me viennent, je leur fais écouter. En fait, il y a beaucoup de communication entre nous.

Qu’est-ce que tu peux déjà nous dire sur cet album ?
Dans l’album, il y aura une chanson en particulier que j’ai écrite avec mon père, qui parle de ma vie.
Au niveau des thèmes, on a essayé de toucher à tout en gardant en ligne de mire que j’ai 18 ans et que j’ai des trucs à dire : il y en aura pour tout le monde. Ce sera un album à mon image, totalement assumé et que j’ai pris plaisir à créer.

> Mathieu Canaby, le single « Miss California », déjà dispo (Capitol)

Le site de Mathieu Canaby c’est > ICI <

Aucun commentaire:

Publier un commentaire